Ce que c’était

c’était un vent d’apocalypse,
une étoile gercée
un été lessivé
ta robe hérissée de sorcières
des ponchos que le temps détisse
un mendiant de feu
le roi des perdrix
un cyclone
et la course-douleur sur le quai le plus long

quelques pétales
quelques pétales perdus
(c’est vrai)

Laisser un commentaire