Automnale

Metz – tes saisons sont mes humeurs – tes frontières un harnais au cœur

Les yeux que tu n’as pas, usent leur bleu contre tes murs
Mes pieds ne sont qu’à te fouler
Ma gorge qu’à chanter de toi
Mes mains qu’à t’écrire, qu’à t’écrire

Septembre veut finir
L’application que met Septembre à mourir en nous s’appelle : Début d’Automne

Je deviens tes chiens frileux
Du limon dans ta Seille
Ou l’échassier cendré – son air d’être là sans y être

Toi, tu frissonnes de tous nos arbres
tu ranges tes papillons blancs dans une poche secrète
tu déposes des moineaux
sur un rosier somnolent

Vient le premier matin portant veste et foulard

La rousseur te monte aux joues

C’est moi dont on ramasse alors les cœurs tombés des branches
ma propre mort que font craquer les bottes ou qu’un agent municipal débarrasse de la voie publique
C’est mon vent dans tes rues
Mon sang dans tes artères
Mon gris roulé en boule sur le toit de ta cathédrale
Mes gouttelettes en suspension dans ton brouillard
Et parfois
dans un bleu si pur qu’il sonne vide
ta couronne me brûle au front

Publicités

Vous avez des choses à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s