extrait d’un texte en cours d’écriture

J’écris parce que nous nous sommes connus par l’écriture

Parce qu’ainsi, tu as su m’entendre un jour que j’étais inaudible

Tu m’as trouvée comme un papier volant

J’écris pour l’arme d’alphabet collée à la tempe des lois naturelles et des conformités sociales – des tabous et des interdits, de ce que l’on viole à s’aimer

J’écris dans la neige un soir de janvier, les yeux secs, les mains noires de froid

J’écris pour ne plus claquer les portes

Pour fournir à ma colère une cage spacieuse où faire les cent pas au lieu d’aller tuer la ville

J’écris parce qu’en écriture, chaque oiseau que j’éventrerai me reviendra intact

Mais je n’écris pas comme on se décrète, sous le coup d’un caprice, démiurge
Ni pour tester ma force ou m’en inventer une

J’écris l’insuffisance
Quand on bondit vers la branche hors d’atteinte
Et que la même soif du même fruit passe dans la même bouche, sans la quitter, cent ans

J’écris ta couleur bleue sauvage
Comment l’eau fuit entre nos doigts et comment ce n’était pas l’eau

En devenant le texte que tu lis je te traverse un peu
Il faudrait figer cet instant pour être tout à fait heureuse
Etre la lecture
Perpétuellement
Ressassée
Que tu me
Digères
Que tu
M’assimiles

Vivre en toi

A écrire, je m’allonge, faite lac, à tes côtés

C’est à flanc de moi-même que se tient ton chalet

Les kilomètres se compriment sous des assauts d’imaginaire
Et ceux qui nous séparent encore
Nous nous blottissons contre

En écrivant, j’enfonce la poitrine du silence
Je m’élance contre le rempart des âges dressé entre nous

J’écris que tes yeux
sont les grands absents
par ici
eux qui n’existent plus qu’en tant que les symboles d’un mythe religieux

Ecrire est la prière de qui ne croit pas

Ecrire est tomber à genoux tout en restant campé sur ses deux pieds

Ecrire est la suite du pleurer

Ecrire va plus loin que les larmes

Ecrire exprime le fond du drame

Ecrire est hors de portée parce qu’écrire rameute l’impossible

Ecrire donne corps au paradoxe

Si j’écris, je te perds et te retrouve tout à la fois

Quand je t’écris, je t’aime et te tue

Je t’écris en signant mais c’est une autre qui te parle

Ecrire que j’étouffe m’aide à respirer

J’écris dans le noir, j’écris dans le sang, j’écris dans le rien, j’écris pour tes lèvres

Des caresses interdites se tiennent entre les lignes
Toutes te sont destinées
Toutes sont secrètes, mais vois comme je les laisse vaquer au grand jour, sans danger

J’attrape, lorsque j’écris, à pleines poignées des moisissures de moi
Que j’envoie par-dessus nos têtes
Et sans que je les change
Elles se mettent à luire
Sais-tu pourquoi ?

Parce que tu me regardes
La moindre de mes noirceurs est par toi soulignée, mise en réseau avec des joies
Tu es mon adresse de toujours
Te parler, c’est t’écrire
Ecrire sans tricherie, c’est t’écrire
Ecrire, c’est me livrer à toi

Je te parle comme j’écris, tu es le seul

Ce que tu me dis, même avec la bouche, je le lis

Tes mots du quotidien, tes sourires, je les lis

Tes baisers, je les lis

Lorsque tu as froid, je le lis

Ton clin d’œil d’hier, je l’ai lu

Nous sommes une correspondance

J’ai eu des orgasmes de toi qui me soulevaient sans voix, et c’était pourtant toujours, quoique sans mots, t’écrire

Tu parles comme chantent les coquillages
Comme eux, ta voix vient d’un lointain
Comme la leur, elle m’est intime

J’écris pour épouser ce silence-là
Ni tout à fait silencieux, ni forcément sonore
A l’opposé du bavardage

J’écris pour que l’on se marie

J’écris parce que c’est ma langue
Ce silence que tu parles
T’épouser
C’est ma langue
J’écris pour toi, au fond, qui n’as jamais lâché ma main

Publicités

2 réflexions sur “extrait d’un texte en cours d’écriture

Vous avez des choses à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s