D’un campement à l’autre

Quand nous aurons quitté l’appartement de ma névrose – là où je me suis délitée, réfugiée des années durant – que restera-t-il du sentiment unique de sécurité lié à ce lieu ?

Quel théâtre pour
ma catastrophe ?

Tu prendras ton sentiment de sécurité avec toi comme autrefois on transportait le feu d’un campement à un autre.

Laisser un commentaire