29.7

_____

j’ai rêvé que c’était hier

tu avais acheté un livre de blagues que je te lisais à voix haute dans la salle à manger d’une autre époque

j’ai rêvé que c’était impossible, et pour cette seule raison, à peine réel ; que je n’y croyais pas une seconde : tu devais être quelque part

nous revenions nettoyer la cuisine qui n’a toujours connu que toi

ton appartement restait à t’attendre

tu vois, je prépare le tapis pour le jour où tu reviendras – et la machine à pain – et l’on essuie la toile cirée

puis sans que rien l’ait laissé croire, en levant mes yeux vers le mur, je découvre l’absence du tableau qui fut toujours là

quand l’as-tu ôté ?

d’évidence, ce tableau était un point fixe sur Terre

mais peut-être l’as-tu jeté depuis cinq ans sans que mes yeux ne le veuillent voir – et ce n’est qu’aujourd’hui que, « bonjour ! », la réalité vient cogner

en ira-t-il pareil de ta disparition ? combien d’années avant que ne se produise la fêlure de chagrin normale ?

comment peut-on laisser mourir un si charmant éclat de rire ? laisser mourir la fête et la compréhension ?

j’ai rêvé que c’était hier, mais tu sais rien n’est sûr, c’est comme pour le tableau : il s’en était allé, dans notre dos, bien avant son départ

Publicités

Vous avez des choses à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s