2 avril

Elle lui parle du lac en le lui attribuant presque. « Ton lac », dit-elle, « salue ton lac pour moi ».

Pour lui, Genève est toujours un peu une corvée. On n’atteint Genève qu’en redescendant la montagne. Il a ce mot exact, pour Genève : « redescendre ». Je descends à Genève veut dire : je serai fatigué, il fera toujours un peu gris.

Silencieuse observe cela depuis son amour pour Genève, qui est un promontoire érigé en faveur de la ville-maison. Elle fronce légèrement les sourcils. Que son amour et son amour ne s’entendent pas si bien lui fait quelque chose d’indéfinissable. Son cœur droit qui déclare la guerre à son cœur gauche, ça bat la chamade à l’envers.

Pour le lac, c’est tout autre chose. « Ton lac », dit-elle, et il répond : « le lac de personne, ce merveilleux lac ». Ainsi tout va mieux. Bleu s’accorde à bleu, se redouble.

Publicités

Vous avez des choses à dire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s